Vous avez peur ? Tant mieux !

Vous avez peur ? Tant mieux !

« Le trac est la rançon de l’exigence qu’on a sur soi. Et les mains moites sont la première indication du succès qui va suivre » explique Jean Philippe Lafond, baryton. Un tout petit niveau de stress améliore donc la performance, bonne nouvelle !

Une personne sur trois évite systématiquement de prendre la parole en public ! Michel Serrault a joué avec Jean Poiret « La Cage aux folles » plus de 1.800 fois devant plus d’un million de spectateurs. On pourrait croire qu’à la fin les deux comédiens entraient sur scène décontractés, certains du succès de la pièce. Détrompez-vous ! Ils avaient l’un et l’autre un trac fou avant chaque levez du rideau. Autre exemple (qui a fait école) : L’actrice SARAH BERNHARDT, à qui une jeune comédienne déclarait qu’elle avait déjà joué plusieurs et qu’elle n’avait jamais eu le trac, lui aurait répondu : « Ne vous en faites pas, le trac, cela viendra avec le talent ». BIM !

Mais d’abord, d’où vient-il ? Les mauvaises langues vous diront « C’est dans la tête ». En réalité, notre corps et notre esprit y participent aussi en se mettant en état d’alerte face à une performance à accomplir.

Donc vous l’avez compris, si vous n’avez pas le trac, c’est mal parti. Par contre, il faut apprendre à gérer son stress. Le transformer en énergie positive. Si la respiration, l’ancrage et la connaissance de votre sujet peuvent considérablement vous aider, il faut aussi s’exposer aux situations qui nous font peur, progressivement mais régulièrement, en commençant par des prises de parole faciles devant des publics bienveillants. Testez vos capacités d’élocution lorsqu’il n’y a pas d’enjeux, avec des gens que vous connaissez bien. Les Clubs de prise de parole sont un tremplin pour la réussite. Voici les coordonnées du mien : http://www.clubdesorateurs.be